octobre 02, 2015

Carnet de voyage : Marblehead & Salem (découvez la vraie légende des sorcières de Salem)

Après notre court séjour à New York, nous sommes restés 3 jours et demi à Boston (que vous découvrirez prochainement). On en a donc profité pour faire une excursion d'une journée à Salem (qui se situe à une vingtaine de kilomètres de la ville) - en passant par Marblehead - car c'était trop bête de manquer cette opportunité !

Cette excursion commençait à 9h30 et durait 7h, honnêtement notre guide (qui était aussi notre chauffeur) était très bavard mais surtout vraiment intéressant, et du coup notre excursion a duré un peu plus de 8h. A noter que notre guide ne parlait qu'anglais donc selon moi il a raconté tellement d'anecdotes intéressantes qu'il faut comprendre un minimum la langue pour pouvoir faire cette excursion.

Vue de Boston de loin
Avant de vous parler un peu plus de ce que j'ai pu voir à Marblehead et à Salem (et de vous raconter la vraie légende des sorcières de Salem), et vous faire découvrir mes photos, je vous propose mon carnet de route sous forme de vidéo en espérant que cette vidéo vous plaira ! Bon visionnage !


Nous sommes donc partis de Boston en direction de Marblehead. En chemin, notre guide nous a arrêtés à un point de vue magnifique pour observer Boston de loin.

vue de Boston

Marblehead (qui compte aujourd'hui plus de 20 000 habitants) était un simple village de pêcheurs, installé sur le rivage, et au-dessus duquel flottait l'odeur des poissons séchant à l'air libre avant d'être exportés à l'étranger ou jusqu'au port voisin de Salem. La ville connut son apogée économique juste avant la guerre d'indépendance, avec des navires financés localement et piratant les riches vaisseaux européens. Les marins de Marblehead furent d'ailleurs très tôt impliqués dans la guerre d'indépendance. Le premier navire armé à fin de guerre, le Hannah, était équipé de canons, cordes, provisions et hommes, tous originaires de Marblehead.

Marblehead

Marblehead est maintenant connue pour abriter certaines des maisons les plus chères des États-Unis ! Jack Nicholson a notamment une maison secondaire là-bas (nous sommes passées devant). A Marblehead se dégage un vrai parfum de Nouvelle-Angleterre, on se croirait presque dans un épisode de Dawson ! J'aurais bien aimé y rester un peu plus longtemps pour me promener le long de la marina. Mais cette excursion était tout de même dédiée en priorité à Salem.

Marblehead

En tout cas, si vous avez une voiture, je vous conseille de vous attarder une journée à Marblehead !

marina de Marblehead
La marina de Marblehead

Avant de nous diriger à Salem, nous avons visité le musée Spirit of '76 & Maritime Museum (appelé aussi Abbot Hall) à Marblehead (qui est gratuit).

Spirit of '76 & Maritime Museum Abbot Hall Marblehead
Spirit of '76 & Maritime Museum Abbot Hall Marblehead
Spirit of '76 & Maritime Museum Abbot Hall Marblehead
Spirit of '76 & Maritime Museum Abbot Hall Marblehead
Spirit of '76 & Maritime Museum Abbot Hall Marblehead
Spirit of '76 & Maritime Museum Abbot Hall Marblehead

En plus de servir en tant que siège du gouvernement de la ville de Marblehead, Abbot Hall expose la peinture originale (largement reproduite) "Spirit of '76" par Archibald MacNeal Willard, et un certain nombre d'objets historiques. Une plaque, découverte dans l'arsenal de Philadelphie, proclame Marblehead comme étant< le "lieu de naissance de la Marine américaine".

Spirit of '76 & Maritime Museum Abbot Hall Marblehead
Spirit of '76 & Maritime Museum Abbot Hall Marblehead

Nous sommes arrivés à Salem et le guide nous a laissé 1h30 pour déjeuner (personnellement je pense que c'était trop long et que l'on aurait pu se servir de ce temps en plus pour visiter autre chose).

Salem est surtout réputée pour son histoire de chasse aux sorcières (que je vais développer un peu plus tard). Bien qu’elle ait un passé portuaire très important, c’est plutôt cette dernière qui a fait sa renommée.

Nous avons tout de même eu l'occasion de nous arrêter pour visiter la réplique du Friendship of Salem. En 2000, une réplique du Friendship of Salem, trois-mâts de 171-pieds (52 m) de la Compagnie des Indes datant de 1797, a été inaugurée et a navigué à Salem Harbor, où elle se trouve aujourd'hui. Ce navire avait effectué en son temps une douzaine de tours du monde. Il fut capturé par les Britanniques pendant la guerre de 1812, puis dépouillé et vendu en pièces détachées.

Friendship of Salem
Friendship of Salem
Friendship of Salem
Friendship of Salem
Friendship of Salem

Un personnage de Salem dont on ne parle malheureusement pas assez souvent est Nathaniel Hawthorne. Il s'agit d'un écrivain américain qui vit le jour à Salem le 4 juillet 1804. Sa maison natale a été préservée et est ouverte au public. William Hathorne, son arrière-grand-père, était un puritain qui émigra d'Angleterre et s'installa à Dorchester, avant de rejoindre Salem. Là, il devint un membre éminent de la colonie de la baie du Massachusetts et occupa plusieurs fonctions politiques, ainsi que celles de magistrat et de juge, où il se rendit célèbre par la sévérité de ses jugements. Son fils, John Hathorne, grand-père de l'auteur, fut l'un des juges assesseurs au procès des sorcières de Salem. À la suite de la découverte de ce fait, vers l'âge de 20 ans, l'auteur aurait ajouté un « w » à son nom, peu avant de sortir diplômé du collège, afin de se dissocier de ses ancêtres (ce qui est tout à fait compréhensible).

Statue de Nathaniel Hawthorne à Salem
Statue de Nathaniel Hawthorne à Salem

Hawthorne est aujourd'hui connu pour ses nouvelles, qu'il appelait des contes, et pour ses quatre grands romans de 1850-1860 : La Lettre écarlate (The Scarlet Letter), 1850 ; La Maison aux sept pignons (The House of the Seven Gables), 1851 ; Valjoie (The Blithedale Romance), inspiré de son expérience communautaire à Brook Farm, 1852 ; Le Faune de marbre (The Marble Faun), 1860. Auparavant, Hawthorne a publié anonymement un autre roman, Fanshawe, en 1828 au tout début de sa carrière.

Custom House Salem
La Custom House où travaillait Nathaniel Hawthorne

Le 3 avril 1846, Nathaniel Hawthorne est officiellement nommé au bureau des douanes (Custom House) avec le titre de « Surveyor for the District of Salem and Beverly and Inspector of the Revenue for the Port of Salem » avec un salaire annuel de 1 200 dollars. Il a lors de cette période des difficultés à écrire, comme il le reconnaît lui-même. La Lettre écarlate est un roman précédé d'une préface qui fait référence aux trois années passées à la Custom House et comprend diverses allusions aux politiciens locaux, qui n'apprécient guère la manière dont l'écrivain les traite.

Custom House Salem
La Custom House

Nathaniel Hawthorne joue encore un rôle important dans l'histoire de Salem en écrivant le roman The House of the Seven Gables. Le récit de ce roman se déroule au milieu du XIXe siècle, mais la Maison aux sept pignons, une vieille demeure construite à la fin du XVIIe siècle, est une sombre demeure, hantée depuis sa construction par des activités illicites, des séances de sorcellerie et des morts inexplicables. The House of the Seven Gables existe bien à Salem et est visitable. Attention, cette maison date de la fin du XVIIe siècle et n'est donc malheureusement pas accessible aux personnes en situation de handicap.

The House of the Seven Gables
The House of the Seven Gables

Dans notre visite, nous avions 2 choix qui se présentaient à nous : visiter The House of the Seven Gables ou visiter the Salem Witch Museum. J'ai choisi le musée car apparemment il y avait pas mal d'escaliers dans la maison, mais je suis déçue que l'on aie dû faire ce choix, car selon moi on aurait eu le temps de visiter les 2, et pouvant me lever un peu, j'aurais fait un effort pour visiter la célèbre House of the Seven Gables !En route donc pour le Salem Witch Museum. Malheureusement, les photos à l'intérieur du musée étaient interdites.

Salem Witch Museum

Ce musée nous permet de bien comprendre les événements qui se sont déroulés en 1692. Nous nous asseyons dans une salle sombre où seul un cercle rouge illuminé au centre instaure l’ambiance de ce qui va suivre. Soudain, une voix masculine d’un enregistrement audio démarre. Une lumière apparaît soudain et son faisceau éclaire une première scène du récit. On voit alors apparaître un décor avec des personnages de cire tout autour de la salle, à quelques mètres du sol. Le faisceau lumineux se dirige d’une scène à une autre au fil de l’histoire. On y découvre les personnages clés du récit, on participe à un procès et l’histoire se termine sur les crimes odieux de pendaison dont ils furent soumis. À l’extérieur de la grande salle, un guide nous explique la sorcellerie telle qu’elle était autrefois et la religion Wicca pacifiste d'aujourd'hui, et ils nous parlent également de certaines plantes ayant des pouvoirs. Ce musée est une bonne introduction si vous ne connaissez pas l’histoire des sorcières de Salem.

Roger Concant statue salem

Roger Concant, le fondateur de la ville

Parlons maintenant de la légende des sorcières de Salem (je vous préviens, l'histoire est un peu longue mais c'est très instructif). Le village de Salem connut en 1692 ce qui sera l’un des plus grands cas de possession démoniaque de l’histoire. Les habitants de Salem, comme la majorité des colonies puritaines, se considéraient en continuel combat contre le Démon. 
Le pasteur Samuel Parris, ancien négociant aux Indes Occidentales, avait ramené avec lui Tituba, une esclave qui connaissait l’obeah, culte magique des Antilles. Tituba pouvait prédire l’avenir aux jeunes filles de Salem qui s’empressaient de la consulter pour passer leurs longs après-midi d’hiver. A cette époque, toute pratique de divination était interdite, considérée comme relevant de la diablerie. Les jeunes filles de Salem connaissant la sanction qui leur serait appliquée prirent peur et certaines d’entre elles furent en proie à des « transes », à commencer par Elisabeth Parris (fille du pasteur Parris) et Abigail Williams (la nièce du pasteur Parris).

Alors, l'état de santé d'Élizabeth et d'Abigail se mit à s'aggraver. Au début, elles avaient des crises de larmes sans raisons, ne pouvaient plus prier et lorsque leur père les grondait, elles murmuraient des mots incompréhensibles ou émettaient des sons comme des bêtes. Par la suite, des symptômes encore plus graves apparurent: elles eurent des convulsions, des crises de paralysie, elles suffoquaient, comme si un poids énorme leur écrasait la poitrine, elles hurlaient, couraient à quatre pattes, aboyaient et avaient des visions. Le Pasteur Parris les fit ausculter par un médecin qui ne voyait aucune cause médicale à leur comportement, il lui a donc confirmé qu'elles étaient possédées. On tenta plusieurs fois de les questionner pour savoir qui les tourmentait ainsi car d'autres possédées venaient s'ajouter à la liste des victimes, mais personne ne réussit à savoir jusqu'au jour ou Élizabeth réussit enfin à dire "Tituba...oh Tituba!" Les autres tourmentées l'accusaient aussi mais accusaient également deux autres sorcières: Sarah Good et Sarah Osborne. Ces deux dames avaient déjà une mauvaise réputation alors les accusations portées contre elles aggravèrent encore plus leur cas.

Ainsi, les trois premières femmes accusées sont Sarah Good, Sarah Osborne et Tituba. Sarah Good est une mendiante, fille déshéritée d'une aubergiste française qui s'était donné la mort quand Sarah était adolescente, une femme louche : elle murmure quand on lui donne de la nourriture. Sarah Osburne est une vieille femme, alitée, qui a mérité la réprobation générale en captant l'héritage des enfants de son premier mari pour le remettre à son nouvel époux.

Les trois femmes sont officiellement accusées de sorcellerie le 1er mars 1692 et mises en prison. D'autres accusations suivent : Dorcas Good (la fillette de Sarah Good, âgée de 4 ans), Rebecca Nurse (une grand-mère malade et pieuse), Abigail Hobbs, Deliverance Hobbs, Martha Corey, ainsi qu'Elizabeth et John Proctor (qui essaya en vain de défendre sa femme enceinte et qui fut accusé ainsi lui même de sorcellerie). Les prisons se remplissent progressivement et un nouveau problème surgit : sans forme légitime de gouvernement, les accusés ne peuvent être jugés. Ainsi, aucun procès n'a lieu avant fin mai 1692, lorsque le gouverneur William Phips arrive et institue une Court of Oyer and Terminer (to « hear and determine », entendre et décider). Sarah Osborne est déjà morte en prison sans avoir été jugée, Sarah Good a accouché d'une petite fille, plusieurs autres accusés sont malades. Environ 80 personnes attendent leur procès dans leur cellule.

En juin, plus de cent personnes avaient été accusées par les jeunes filles (qui n'étaient que de jeunes adolescentes). Les prisons étaient pleines et il fallait procéder à quelques jugements ; Bridget Bishop fut jugée et conduite sur la crête de Gallows Hill pour y être pendue. Puis Rebecca nurse et quarante autres femmes dont Sarah Good. Cependant, devant Rebecca, les juges hésitèrent à la condamner car elle était respectée de tous. Elle fut tout d'abord déclarée non coupable. Puis William Stoughton entra en fureur, magistrat pourtant froid et sans pitié, et demanda au jury de reconsidérer l’affaire. Le deuxième verdict conduit Rebecca Nurse au gibet le 19 juillet. Après cela de nombreuses accusées avouèrent par peur de périr… La troisième session du tribunal eut lieu en août avec six accusés. Dans la charrette se trouvaient Georges Burroughs, Georges Jacobs, John et Elisabeth Proctor. Les deux premiers furent pendus. Enceinte, Elisabeth vit son exécution retardée, ce qui lui sauva la vie. La cour siégea encore en septembre et prononça quinze condamnations, dont celles de Tituba et de Martha Cory ainsi que son mari âgé de quatre-vingts ans. Trois jours plus tard ils étaient pendus. La population commençait à douter de la véracité des faits des jeunes filles : elles dénoncèrent même des juges, ce qui était totalement impossible car protégés par Dieu lui même !

Les procès en sorcellerie s'achèvent finalement en octobre 1692. Les accusés sont progressivement mis en liberté jusqu'au printemps suivant. Les filles de Salem au total menèrent plus de deux cents personnes devant la justice et en firent exécuter trente autres...

Un autre fait fut découvert il y a seulement quelques mois : puisque les jeunes filles de Salem étaient devenues très populaires grâce à cette histoire, la femme du gouverneur William Phips les invita à un bal à Boston. Les filles étaient très excitées jusqu'à ce qu'elles se rendent compte une fois sur place qu'elles n'aimaient pas la femme du gouverneur (Lady Mary Phips). Et qu'ont-elles fait ? Elles l'ont aussi accusée d'être une sorcière. Hors, elles se sont attaquées à la mauvaise personne car on ne peut pas accuser la femme d'un gouverneur d'un tel acte ! Le gouverneur William Phips se rendit compte de son erreur d'avoir cru des petites filles... Le gouverneur et sa femme les exilèrent de Boston. Quelques années plus tard, Abigail se donna la mort par pendaison par culpabilité, et Elizabeth s'exila ailleurs (sa destination resta inconnue) et forma une famille de 5 enfants.

Officiellement, le gouverneur royal du Massachusetts, Sir William Phips, met un terme à la procédure après l'appel formé par le clergé bostonien mené par Increase Mather. Celui-ci publie « Cases of Conscience Concerning Evil Spirits » (Cas de conscience regardant les esprits maléfiques) le 3 octobre 1692, ouvrage qui contient notamment la phrase suivante : « Il apparaît préférable que dix sorcières suspectées puissent s'échapper, plutôt qu'une personne innocente soit condamnée ». L'affaire a eu un impact si profond qu'elle a contribué à réduire l'influence de la foi puritaine sur le gouvernement de Nouvelle-Angleterre et a indirectement conduit aux principes fondateurs des États-Unis. C'est ainsi que découla le célèbre précepte que nous connaissons tous "innocent until proven guilty" (présumé innocent jusqu'à ce qu'il soit jugé coupable).


Salem

J'ai passé une journée sympa et très instructive (j'ai vraiment appris beaucoup de choses et pas que sur la légende des sorcières). Mes deux seuls petits regrets sont de ne pas avoir visité The House of the Seven Gables (j'aurais fait un effort) ainsi que la reconstitution du village des sorcières. Sachez que Salem est particulièrement impressionnante et animée à Halloween (certaines scènes du film Hocus Pocus furent tournées à Salem), même si il y a un aspect commercial derrière.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire