août 18, 2014

Carnet de Route : Rocher de Cashel (Irlande)

Le Rocher de Cashel (en irlandais : Carraig Phádraig) est l'un des sites historiques majeurs de l'Irlande. Il est situé à l'ouest de la ville de Cashel, dans le comté de Tipperary. Les bâtiments qui ornent le sommet du Rocher de Cashel présentent une grande complexité par la juxtaposition de très nombreuses époques. C’est l'un des principaux sites d’art celtique et d’architecture médiévale d’Europe.



Malheureusement, je n'ai pas pu monter sur ce rocher car il était trop difficile d'accès pour moi avec mon fauteuil roulant (la pente était bien trop raide). Je n'ai donc pu admirer ces ruines celtiques que d'en bas (mais on ne voyait pas grand chose), heureusement j'ai pu admirer comme vous les photos prises par mes parents.


Ce lieu est important par son histoire. Au Rocher de Cashel, lors d'un sermon demeuré célèbre, Maewyn Succat, dit Saint Patrick, montre une feuille de trèfle: « Voila la figure de la Trinité sainte ». Les figures de triades étaient familières à la religion celtique : le trèfle deviendra ainsi le symbole de l'Irlande. La légende raconte que c'est à ce moment-là que furent chassés tous les serpents du pays, action qui symbolise la conversion du peuple irlandais.


Du IVe siècle à l’année 1101, le Rocher de Cashel, éperon calcaire haut de 60 mètres, pointe au milieu d'une prairie : c'est là-haut, dans ce château que les rois de Munster ont eu leur quartier général. Saint Patrick, visitant les lieux en l'an 450, y baptisa le roi Aengus et ses frères. Depuis l'an 1101, le rocher est entre les mains de l'autorité ecclésiastique. En 1172, au synode de Cashel, Henri II d'Angleterre force l'Irlande à se soumettre exclusivement à l'autorité de l'Église catholique romaine et met fin aux pratiques d'un christianisme celtique.


La totalité du plateau, au sommet du rocher, est entourée de murs.


De nos jours, le Rochel de Cashel abrite plusieurs magnifiques ruines celtiques. Le plus ancien monument de Cashel est la tour ronde, haute de 28 mètres et parfaitement conservée datant d’environ 1100.


La cathédrale, bâtie entre 1235 et 1270, suit un plan cruciforme. Elle comporte une nef dépourvue de bas-côtés et un clocher au-dessus de la croisée du transept. La nef s'arrête à l'ouest contre le château. En 1647, durant les guerres confédérées irlandaises, Cashel fut mise à sac par les troupes parlementaires commandées par Murrough O'Brien, 1er comte d'Inchiquin. Les troupes confédérées y furent massacrées, ainsi que le clergé catholique romain. L'armée d'Inchiquin dégrada également de nombreuses œuvres religieuses. En 1749 le toit principal de la cathédrale fut ôté par l'archevêque Arthur Price.


La chapelle du Roi Cormac, dont la construction a débuté en 1127 pour être consacrée en 1134, est l'édifice le plus remarquable du site. Sa structure est assez complexe, contrairement aux autres églises romanes d’Irlande, de plan plus simple. L'abbé de Ratisbonne avait envoyé deux charpentiers pour aider à la construction. Les deux tours jumelles, de chaque côté de la jonction entre la nef et jubé suggèrent une influence germanique car cette configuration ne se retrouve pas ailleurs en Irlande. On y trouve également l'une des fresques irlandaises les mieux conservées de cette période, malgré les dégradations dues à l'humidité.


Entre les bâtiments s'étend un vaste cimetière, parsemé de hautes croix. La croix de Scully construite en 1867 pour commémorer la famille Scully, en était la plus haute et l'une des plus célèbres. Elle a été foudroyée en 1976, et ses restes gisent auprès des murs.



Je suis déçue de ne pas avoir pu voir ces ruines celtiques de mes propres yeux, mais heureusement ce fut la seule visite de ce voyage que je n'ai pas pu faire, donc je m'estime tout de même chanceuse ! Ce séjour fut assez sportif car tous les lieux n'étaient pas complètement accessibles aux fauteuils roulants, et surtout j'ai dû monter / descendre du bus environ 10 fois par jour... Mais j'ai vu de si jolis paysages et ruines que cela valait vraiment le coup !


C'est ainsi que se termine mon carnet de voyage sur l'Irlande. J'espère que cela vous aura plu ou que cela vous aura même donné envie d'y aller ! Je sais que je ne pourrai jamais vivre dans ce pays pour diverses raisons (le mauvais temps, la nourriture qui n'est pas terrible...), néanmoins il renferme de magnifiques trésors, la plupart étant visitables à l'extérieur. Sachez que l'Irlande est un petit pays et qu'il peut donc se visiter facilement en 10 / 15 jours.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire