juillet 16, 2014

Carnet de Route : Londonderry (Irlande du Nord)

Derry ou Londonderry (son nom officiel), du gaélique Doire signifiant chênaie, est la deuxième plus grande ville d'Irlande du Nord. Nous ne sommes pas restés longtemps dans cette ville que j'ai pourtant beaucoup aimée, notamment la vieille ville.



Derry fut la dernière ville des îles Britanniques à être encerclée par des remparts, et c’est une des rares en Europe à avoir gardé ses remparts inviolés (ce qui lui valut le nom de "Maiden City", qui signifie "La Cité Vierge"). Derry est très proche de la frontière avec le comté de Donegal (avec qui elle a eu pendant des siècles de fortes relations) en République d’Irlande. Colomba d'Iona (Saint Columba, qui était à la fois un prince et un homme de foi) est considéré traditionnellement comme le fondateur de la ville.


Suivant la charte royale de la ville, et comme l’a statué une décision de la Haute Court en janvier 2007, le nom officiel de la ville est Londonderry, encore aujourd'hui. C’est ainsi qu’elle est mentionnée sur les cartes. La ville est également connue sous le nom de Derry, qui provient de l'anglicisation de l'irlandais Doire. On adjoint le préfixe London au nom de la ville en 1613, année où les remparts furent construits pour protéger les anglais établis dans la ville des chefs gaéliques du comté voisin de Donegal. Le nom « Derry » est utilisé par les nationalistes et la plupart des catholiques d’Ulster, ainsi qu’en République d’Irlande. Par contre la plupart des protestants pour l'union avec la Grande-Bretagne préfèrent « Londonderry », bien que dans les conversations de tous les jours, Derry est souvent utilisé, même par les protestants.

La mairie de Derry
Nous avons pu visiter l'intérieur de l'hôtel de ville
La salle de réception de l'hôtel de ville

La ville représente un lieu important de l'histoire irlandaise, puisqu'une importante résistance républicaine s'y est toujours manifestée. En effet, Derry, de par sa situation géographique, a souvent été le lieu d'événements politiques majeurs : au XVIIe siècle d'abord, avec le plus long siège de l'histoire britannique (105 jours). Cette "occupation" entraina une grande famine, touchant presque exclusivement la communauté catholique. La ville connut ensuite aux XVIIIe et XIXe siècles une importante émigration vers les États-Unis. Des bateaux pleins d'émigrés partaient alors du port de Derry vers la côte Est, notamment vers le New Hampshire, la Caroline du Sud et Philadelphie. D'ailleurs, dans l'État du New Hampshire, on trouve une ville du nom de Derry. Mais c'est certainement dans les années 1960 que la ville exprima le plus sa farouche résistance envers les Britanniques. Il y eut ensuite le Bloody Sunday de 1972 au cours duquel 14 personnes furent tuées par l'armée : Le dimanche 30 janvier 1972, une manifestation pour les droits civiques était organisée, malgré l'interdiction faite par le gouvernement britannique. Après un départ du quartier de Creggan, cette marche redescendit vers le Bogside, et au niveau de Rosville Street et de Glenfada Park, les militaires commencèrent à tirer sur les manifestants. Le 15 juin 2010, un rapport accablant pour l'armée britannique a été publié relativement à ces événements. Ce jour funeste inspira le groupe U2 qui en fit une chanson, Sunday Bloody Sunday.

Les remparts de la ville
Grand centre commercial
Cathédrale Saint Columb's



Comme à Belfast, certains murs ont été repeints par des activistes pour raconter l'histoire de la ville et pour appuyer sur les principes de paix et de liberté !


Derry est une ville à taille moyenne qui centralise quelques beaux monuments, comme son hôtel de ville (et sa salle de réception avec ses magnifiques vitraux), la cathédrale Saint Columb's, mais aussi ses superbes remparts restés intacts (c'est si rare). Que pensez-vous de cette ville ? Connaissiez-vous son histoire (notamment concernant le Bloody Sunday) ?

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire