juillet 02, 2014

Carnet de Route : Belfast (Irlande du Nord)

Lorsque nous sommes arrivés en Irlande du Nord, nous avons eu l'occasion de faire un tour panoramique (malheureusement trop rapide à mon goût) de la ville de Belfast, capitale officielle d’Irlande du Nord, située dans la province d’Ulster. Cette ville hors-norme porte en elle les traces d’une histoire douloureuse placée sous le signe de la domination britannique, de la politique et de la religion.

L'hôtel de ville
L'hôtel de ville


Belfast connait ses premiers colons dès l’Age du Fer : on dénombre d’ailleurs aujourd’hui de nombreux vestiges de cette période, comme le Giant’s Ring, un dolmen éboulé situé à proximité de la ville actuelle. Au fil des siècles, Belfast se développe peu à peu, et connait dès le XVIIème l’implantation de colons anglais, écossais et français, tous venus dans l’objectif de développer de nouveaux secteurs économiques. Belfast connait dès lors une excellente réputation dans l’industrie textile, et développe en parallèle de solides compétences avec ses chantiers navals.


Au cours de XVIIIème siècle, Belfast et le reste de l’Irlande assistent ensemble à l’émergence d’un conflit de grande envergure, opposant les irlandais aux britanniques, où les catholiques irlandais subissent les discriminations incessantes des protestants britanniques. Les droits civiques des catholiques sont dès lors bafoués, créant de vives tensions au sein du pays et de Belfast. Ces tensions dureront jusqu’à la Guerre d’Indépendance (1919-1921), et la ratification du Traité de Londres le 21 décembre 1921. Ce Traité met ainsi fin à des siècles de conflit politique et religieux, et officialise ainsi la création d’un nouvel état irlandais indépendant désigné sous le nom d’État Libre d’Irlande. En contrepartie, le gouvernement Londonien demande cependant à conserver le contrôle de l’Irlande du Nord et de ses 6 comtés. Belfast en fait bien sûr partie et devient le théâtre d’affrontements d’une grande violence, opposant ainsi catholiques et protestants au travers d’attentats meurtriers commandités par l’IRA (côté catholique) et les milices protestantes (UVF). Le conflit dure alors plus de 30 ans, provoquant plus de 3 000 morts, ainsi que des emprisonnements sans jugement de membres de l’IRA. Parmi eux se trouvera Bobby Sands, un activiste qui entamera une grève de la faim en guise de protestation contre tant de violence. Il mourut cependant suite à son jeûne, sans que Margaret Thatcher ne réagisse.

L'Europa fut l'un des hôtels les plus bombardés

C’est en 1998, que l’Accord du Vendredi Saint apparait comme un premier pas dans le processus de paix. Il garantit la possibilité de créer une Assemblée représentant catholiques et protestants, de s’organiser sur le fonctionnement des institutions politiques internes au Nord, et de pouvoir communiquer et coopérer avec la République d’Irlande. Pour Belfast, ces progrès sont de véritables avancées vers la paix, et la situation a tendance à se pacifier (l’IRA et d’autres milices paramilitaires ont cessé les violences et procèdent désormais par la voie diplomatique). Les rues de Belfast sont désormais plus calmes, plus sûres et sont sécurisées par la présence de caméras de vidéos surveillance et de policiers.

L'opéra de Belfast
Les grues Samson & Goliath qui ont servi à construire le Titanic

C'est à Belfast que le Titanic, le plus grand paquebot de croisière du monde à l’époque, fut construit par les chantiers navals Harland and Wolff entre 1909 et 1911. Les grues géantes du chantier naval de Harland and Wolff utilisées pour la construction de ce paquebot (nommées Samson & Goliath) dominent encore l'horizon. Belfast a pris son temps pour raconter l'histoire du Titanic de son point de vue. Cela a pris presque cent ans pour que le destin du paquebot que l'on disait "insubmersible" se réconcilie dans les esprits de la ville qui l'a construit. Il est parti avec tant de fierté et pourtant moins de deux semaines après son départ, il s'est retrouvé au fond de l'Océan Atlantique. D'après notre guide, certains habitants de Belfast se sont sentis coupables du naufrage du paquebot et sont restés longtemps traumatisés, alors que ce naufrage fut causé par une erreur humaine...

Le bâtiment Titanic Belfast

Un nouveau Centre d'Attraction Titanic fut construit il y a quelques années à côté de ces fameuses grues. Ce bâtiment de 6 étages raconte l'histoire du Titanic à partir de sa construction. Nous n'avons malheureusement pas visité ce bâtiment et c'est l'un de mes regrets car je pense que cela devait être vraiment intéressant. Notre guide nous a juste permis de nous arrêter 5 minutes dans la boutique de souvenirs du bâtiment...


Je termine cet article avec les nombreux murs peints par des activistes de tout bord qui sont encore un puissant témoignage du conflit de l’époque. Encore régulièrement, de nouvelles peintures apparaissent sur les murs de Belfast.


Malgré son architecture victorienne, je n'ai pas apprécié plus que cela la ville de Belfast (peut être que je n'y suis pas restée assez longtemps...). Cette ville me parait assez austère et trop moderne pour moi (mais cela se comprend puisqu'ils ont dû reconstruire beaucoup de choses).

Certaines informations sont tirées de Guide Irlande

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire